L’interdite

IMG_20180213_161726_207

SYNOPSIS

Parce qu’une lettre d’un homme qu’elle a jadis aimé, Yacine, est postée de son village natal d’Aïn Nekhla, Sultana revient en Algérie où elle a grandi. Elle a choisi l’exil pour échapper à la condition faite aux femmes de là-bas. Elle est devenue médecin en France, à Montpellier. 

MON AVIS

Sultana vit en France, elle y est médecin et apprends par hasard la mort d’un homme qu’elle a profondément. Son retour au pays, dans le village où elle a grandi ne se passe pas sans heurt. Aux yeux de beaucoup, elle est une femme, exilée de surcroit, l’Algérie n’est plus son pays.

Âgée de 5 ans, Sultana a vécu un drame familial, qui ne lui a pas été raconté dans les détails. Elle a dû se construire avec cette histoire et ce qu’on lui en a dit. Son retour au village est un retour violent dans le passé.

Ce roman est enivrant car il mêlent plusieurs narrateurs, plusieurs points de vue, celui de Sultana mais également celui de Vincent, homme français à qui l’on a greffé le rein d’une femme algérienne. Vincent est avide de découvrir le pays de celle qui lui a sauvé la vie.

Sur quelques jours nous suivons ces deux personnes, leurs rencontres. L’écriture de l’auteur est très fine et poétique et laisse le lecteur voler au fil des pages.

EN BREF

Un roman dévoré en quelques heures, poignant. Des personnages touchants. Un drame familiale auquel se mêlent religion, coutumes, exil, choc culturel et condition de la femme.

 

BONNE LECTURE

★ ★ ★ ★ ☆

« Non ce c’est pas un drame d’être étranger, non ! C’est une richesse tourmentée. C’est un arrachement grisé par la découverte et la liberté qui ne peut s’empêcher de cultiver ses pertes.»

Publicités

La peste

2018-02-12 18.47.55

SYNOPSIS

Avril 194.., la peste s’installe en Algérie dans la ville d’Oran, chaque jour des cas mortels se multiplient. Pourtant la préfecture tarde à faire la déclaration de « l’état de la peste » car elle ne veut pas inquiéter l’opinion publique. Mais au bout de quelques semaines, face à l’urgence le préfet ordonne de fermer les portes de la ville.
Oran est isolée, séparée et coupée du reste du monde, les habitants deviennent « les prisonniers de la peste », la ville ressemble à une condamnée à mort.
L’épidémie progresse… La peste frappe partout et garde la ville repliée sous elle. Elle devient une « affaire collective » et même ceux qui ne portent pas « cette cochonnerie de maladie » la porte dans leur coeur.

MON AVIS

Dans le cadre du ReadingClassicsChallenge, j’ai lu pour le mois de février La Peste, d’Albert Camus.

J’avais ce livre en ma possession depuis pas mal d’années, mais je n’avais jamais franchi le pas.

Je suis contente de l’avoir fait malgré ma déception.

J’ai beaucoup aimé la première partie du roman, le placement du décor, des personnages … La qualité d’écriture est époustouflante et on se fait prendre au jeu. Mais la seconde partie m’a vraiment déçue. J’attendais une suite, de l’aventure, de l’action … mais tout est resté dans le prolongement de la première partie et là l’auteur m’a perdu. J’ai perdu le fil et le goût de ma lecture.

EN BREF

Un roman très long et trop redondant pour moi, malgré une très belle qualité d’écriture

DÉCEPTION

★ ☆ ☆ ☆ ☆

« Le mal qui est dans le monde vient presque toujours de l’ignorance, et la bonne volonté peut faire autant de dégâts que la méchanceté si elle n’est pas éclairée.»

Elle s’appelait Sarah

IMG_20180206_175908_090

SYNOPSIS

Paris 2002. Julia Jarmond, journaliste américaine, est chargée de couvrir la commémoration du Vél d’Hiv. Découvrant avec horreur le calvaire de ces familles juives qui furent déportées à Auschwitz, elle s’attache en particulier au destin de Sarah et mène l’enquête jusqu’au bout, au péril de ce qu’elle a de plus cher.

Paris 16 juillet 1942. A l’aube la police française fait irruption dans un appartement du Marais. Paniqué, le petit Michel se cache dans un placard. Pour le protéger, sa grande soeur l’enferme et emporte la clef, en lui promettant de revenir. Mais elle fait partie des quatre mille enfants raflés ce jour-là…

MON AVIS

Pour se souvenir de la rafle du Vel d’Hiv qui a eu lieu les 16 et 17 juillet 1942. Les policiers français ont regroupé, femmes, hommes, enfants juifs pour les envoyer dans les camps de concentration allemand.

Sarah, fillette de 10 ans est emmenée avec ses parents. Pensant revenir et pour protéger son petit frère elle le cache dans leur appartement. Commence le voyage d’une petite fille rongée par la culpabilité d’avoir abandonné, et peut être même tué son petit frère.

60 ans plus tard, Julia, journaliste, doit rédiger un article sur la rafle du Vel d’Hiv.

Le roman est construit et est alterné avec deux voix, celle de Julia et celle de Sarah. Cette alternance est riche et rend le récit poignant ? Qu’est-il arrivée à Sarah ?  Le mélange d’intrigue contemporaine et intrigue historique est très riche et donne du rythme au récit.

EN BREF

Une si belle histoire, sur un fond tragique. Un événement historique magnifiquement bien romantisé. Des personnages attachants et émouvants. Il m’a manqué quelques larmes pour que ce livre soit un coup de cœur. C’est une magnifique histoire à lire, et à regarder, car il existe une adaptation cinématographique.

 

EXCELLENTE LECTURE

★ ★ ★ ★ ★

« Zakhor, Al Tich kah. (Souviens-toi. N’oublie jamais. »

Respire

IMG_20180130_134459_069

SYNOPSIS

Ce roman est l’histoire d’une fulgurante amitié qui tourne au drame. Charlène, jeune adolescente de 13 ans un peu effacée, entre en classe de cinquième. 

MON AVIS

Sur les conseils de Lecture de Frou, j’ai lu Respire ! Et quelle lecture !!

J’ai été transporté par cette histoire qu’une jeune fille nous raconte de sa cellule. Charlène a 19 ans et est incarcérée pour meurtre. Qui a-t-elle tué ?.

À partir de cette instant, je n’ai pas lu lâcher ce livre. Les mots défilent à toute allure et j’ai toujours voulu connaître la suite, le pourquoi, le comment.

Amour, amitié, haine, passion sont au centre de cette histoire poignante et la magnifique plume d’Anne-Sophie Brasme amène tout ces sujets avec une infinie justesse.

EN BREF

Un livre envoûtant que j’ai dévoré en une lecture. J’ai passé un excellent moment, Charlène et son extrême possessivité dans cette histoire d’amitié ne m’a pas laissé de marbre. J’ai hâte de regarder le film et voir ce que donne la mise en scène de cette histoire.

EXCELLENTE LECTURE

★ ★ ★ ★ ★

« On écrit comme on tue : ça monte depuis le ventre, et puis d’un coup ça jaillit, là, dans la gorge. Comme un cri de désespoir. »

Journal d’un vampire, Tome 1 : Le réveil

IMG_20180129_101517_561.jpg

SYNOPSIS

Dès l’arrivée de Stefan Salvatore à Fell’s Church, Elena, la reine du lycée, se jure de le séduire. D’abord distant, le garçon aux allures d’ange rebelle finit par céder à sa passion dévorante et lui révéler son terrible secret. Quelques siècles plus tôt, la femme qu’il aimait l’a transformé en vampire, avant de le trahir avec son frère ennemi, Damon. Des événements tragiques se succèdent bientôt dans la région. Tout accuse Stefan mais Elena est convaincue de son innocence. Et si Damon, vampire cruel et assoiffé de sang, était derrière tout cela ? L’histoire est-elle amenée à se répéter ? Le récit captivant de deux frères vampires déchirés par l’amour d’une même femme. Un triangle amoureux d’une dangereuse sensualité.

MON AVIS

Lire un livre avec une histoire de vampire pour le challenge des séries : chose faite.

J’ai choisi de commencer (et terminer avec le tome 1) la saga Journal d’un Vampire.

Elle est mortelle, la plus populaire et lui débarque un jour dans son lycée. Ce jour là elle décide qu’il sera sa prochaine conquête. Il l’a fuit, ne lui adresse pas la parole, ce qui l’a rend folle et plus déterminée que jamais à monter un stratagème avec ses copines.

Suspense … Mais pourquoi l’évite-t-il autant?§ Mais bien sûr c’est un vampire ! Et elle, elle lui fait tellement pensé à celle qu’il a aimé autrefois et qui a fait de lui un vampire … brej je ne vous dis pas la suite.

J’ai été très déçu par cette lecture. L’histoire est très peu élaboré à mon sens. Un air de déjà vu, de reprise d’autres histoires, d’enchaînement des événements sans lien, sans transitions.

L’auteur passe d’un narrateur à un autre sans aucun signe visuel ou préparation quelconque.

J’ai trouvé qu’il n’y avait aucune subtilité dans la description des sentiments, tout tombe comme ça, comme un cheveux sur la soupe.

Les personnages ne m’ont pas du tout touché, et je ne me suis pas attaché à eux, je les ai trouvé très superficiels, du fait de l’écriture de l’auteur mais aussi de leur personnalité : on s’aime non on peu, tu m’aimes ? Bon d’accord alors on s’aime … trop de banalité est décevant.

Et pour couronner le tout, la qualité de traduction est loin d’être bonne.

Vous comprendrez donc que je ne vais pas continuer la suite de cette saga, connaître l’avenir de ces personnages, leurs passages en mode vampire ou non ne m’intéresse absolument pas.

EN BREF

Un début de saga très basique, pas d’élaboration à mon sens dans l’histoire.

Des mots qui s’enchaînent sans vraiment se suivre.

 

DÉCEPTION

★ ☆ ☆ ☆ ☆

Michel Strogoff

IMG_20180125_121121_452

SYNOPSIS

Les provinces sibériennes de la Russie sont envahies par des hordes tartares dont Ivan Ogareff est l’âme.
Ce traître, poussé par une ambition insensée autant que par la haine, projette d’entamer l’empire moscovite ! Le frère du tsar est en péril à Irkoutsk, à 5 523 kilomètres de Moscou et les communications sont coupées. Comment le prévenir ? Pour passer, en dépit des difficultés sans nombre et presque insurmontables, il faudrait un courrier d’une intelligence et d’un courage quasi surhumains. Le capitaine Michel Strogoff est choisi et part, porteur d’une lettre du tsar, en même temps qu’une jeune Livonienne, la belle Nadia, et que deux journalistes, l’anglais Harry Blount et le Français Alcide Jolivet…

MON AVIS

L’année 2018 a commencé et j’entame un second challenge : le #ReadingClassicsChallenge2018.

Lire un Jules Verne ! ok. J’ai entendu beaucoup de commentaires sur cet auteur que je n’avais encore jamais lu. Notamment par rapport à 20000 lieues sous les mers, qui serait très descriptif …

Effectivement au fil de ma lecture j’ai reconnu cette critique. Les descriptions sur les paysages Russes sont très détaillés et peut être un peu trop. J’avoue avoir sauter quelques mots, quelques lignes dans ma lecture qui ne m’ont pas manqué par la suite.

J’ai été conquise par les personnages principaux, leur force de caractère, leur posture, si droite et respectable. Michel Strogoff est à deux doigts d’être un demi-dieu ! Et Nadia , la jeune fille qui l’accompagne une demi-déesse. Peut être est-ce trop et rend la lecture fictive.

C’est une lecture très fluide, qui se lie en un rien de temps, encore faut-il accrocher.

EN BREF

Un joli souvenir d’enfance revécu à travers cette lecture. Un agréable voyage en Russie, des aventures poignantes, des personnages attachants même si des fois un peu sur-humains.

Mon objectif pour le #ReadingClassicsChallenge2018 est validé.

LECTURE AGRÉABLE

★ ★ ★ ☆ ☆

La véritable histoire de Noël

IMG_20171220_155108_409

SYNOPSIS

Au cœur de la Laponie, pays des neiges éternelles, le jeune orphelin Nicolas est recueilli par les habitants de son village. Mais ils sont tous trop pauvres pour pouvoir l’adopter. Le Conseil des Anciens prend alors une décision inédite : chaque année, le garçon sera pris en charge par une famille différente, et il en changera le jour de Noël.
Avec une étincelle d’espoir et de joie de vivre, Nicolas décide de se consacrer à sa passion : fabriquer des jouets. Le garçon va ainsi raviver l’émerveillement au cœur de cette région glacée. Et pourrait bien être à l’origine d’une des plus belles légendes.

MON AVIS

5ème lecture du Challenge des séries dans la rubrique : lire un conte !

La période tombait à pique, pourquoi ne pas se plonger dans une bonne lecture avec le père Noël comme thème principal ?! C’est chose faite.

Ce conte retrace l’enfance d’un petit garçon que la vie n’a pas épargné et qui va se construire et construire sa vie autour de la période de Noël.

À l’âge de 5 ans, à Noël, Nicolas perd ses parents et sa sœur accidentellement. Orphelin, il doit quitter la maison et l’île où sa famille vivait pour vivre au village et être adopté par une nouvelle famille. Le choc est violent pour se petit garçon qui se réfugie dans le silence et la fabrication de jouets en bois pour sa petite sœur disparue.

Au fil des années Nicolas grandit, rencontre des personnes déterminantes et se construit alors la légende de Noël, l’origine des cadeaux distribués, des rennes, du costume rouge et blanc …

Ce conte est écrit d’une manière si douce et tendre qu’il se lit sans embûche et qu’il donne un côté encore plus magique et merveilleux à Noël et au père Noël.

C’est aussi une belle leçon de vie, les messages sont passés de manière douce et délicate, sans être moralisateur. L’espoir et la persévérance en sont les thèmes principaux.

EN BREF

Un conte de Noël magnifique, qui donne tellement envie de retourner des années en arrière et croire de nouveau à la magie de Noël.

EXCELLENTE LECTURE

★ ★ ★ ★ ★

« Le temps peut panser une blessure, même profonde. Il laisse bien sûr une cicatrice, mais un jour, regarder cette cicatrice, ou ne serait-ce que l’effleurer, ne nous fait plus mal».