Camille mon Envolée

IMG_20170528_131511_462

SYNOPSIS

Dans les semaines qui ont suivi la mort de sa fille Camille, 16 ans, emportée une veille de Noël après quatre jours d’une fièvre sidérante, Sophie DAULL a commencé à écrire.
Écrire pour ne pas oublier Camille, son regard « franc, droit, lumineux », les moments de complicité, les engueulades, les fous rires ; l’après, le vide, l’organisation des adieux, les ados qu’il faut consoler, les autres dont les gestes apaisent… Écrire pour rester debout, pour vivre quelques heures chaque jour en compagnie de l’enfant disparue, pour endiguer le raz de marée des pensées menaçantes.
Loin d’être l’épanchement d’une mère endeuillée ou un mausolée – puisque l’humour n’y perd pas ses droits –, ce texte est le roman d’une résistance à l’insupportable, où l’agencement des mots tient lieu de programme de survie : « la fabrication d’un belvédère d’où Camille et moi pouvons encore,
radieuses, contempler le monde ».

MON AVIS

Comment faire une chronique objective de ce petit livre.

Camille, 16 ans perd la vie en 4 jours peu de temps avant Noël. À sa mort, sa mère décide d’écrire ce qu’elle a vécu 4 jours avant le jour terrible et une quinzaine de jours après : le combat de Camille, l’absence de réaction des médecins, sa mort, la préparation des funérailles, l’enterrement … et la suite.

Le journal tenu par cette mère est quelque chose de beau, de précieux et il est difficile d’y apporter un jugement négatif.

Pourtant je n’ai pas réellement apprécié ma lecture. Le sujet est émouvant et pourtant l’écriture, les mots, les phrases choisit par cette femme ne m’ont pas touché, ni ému. Je n’ai pas réussi à entrer dans cette lecture pourtant si courte.

J’attendais plus de moments sur la vie passée de cette jeune fille, des anecdotes, des souvenirs or ce livre reste centré sur le présent, la mort, les quelques jours après la mort. Cette mère nous parle de sa douleur mais je n’ai pas été transporté par cette souffrance, que j’ai deviné et lu mais pas suffisamment à mon goût. Je dois avouer que je m’attendais à verser quelques larmes …

C’est dans ces moments là, que je me rends compte que tout le monde ne peut pas être écrivain.

EN BREF

Même si ce livre n’a pas été pour moi un coup de cœur, je respecte profondément le chagrin de cette mère, son besoin de l’écrire et l’envie de le partager.

 

★ ★ ☆ ☆☆

LECTURE PASSABLE

« Des mots pour le dire,
Des mots pour prolonger la vie,
Des mots pour se souvenir,
Des mots pour ne jamais oublier »

Publicités

2 réflexions sur “Camille mon Envolée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s