L’épopée du Perroquet

img_20170304_205432_625

 

 

SYNOPSIS

 » En voiture ! N’oublie pas l’oiseau !  »
Avec cette sage recommandation d’Oliver, le perroquet, le signal du départ est donné. Car rien ne retient plus Maeve, 25 ans, qui vient de perdre son boulot et le soutien financier de ses parents. Au volant de sa vieille guimbarde, le bavard volatile à ses côtés, la voilà partie pour Hollywood, la ville de tous les rêves. Un voyage vers un nouveau destin qui prend fin bien vite, dans un grand soupir de moteur, au beau milieu d’une ville perdue du fin fond de l’Arizona…
Une petite bourgade certes, mais qui recèle bien des charmes, comme Maeve va le découvrir le temps de changer quelques pièces importantes de sa voiture… et, peut-être, de sa vie ?

MON AVIS

L’Épopée du Perroquet, à quoi devais-je m’attendre derrière un tel titre ?.

Ce roman est le Road Trip de Maeve, 25 ans qui semble enchaîner les galères.

Je n’ai pas accroché dès les premières pages de ce roman. J’ai trouvé Maeve insouciante, dépensant son argent sans compter et espérant que ses parents épongent ses dettes. Sa volonté de partir à Hollywood rejoindre une amie d’enfance pas vu depuis plus de 15 ans, mais retrouvée sur facebook m’a semblé un peu étrange et pas réfléchie. De plus, Maeve décide de partir avec son perroquet, sa vieille voiture en fin de vie et des œufs pour seule alimentation … Aïe aïe aïe … où ai-je mis les pieds !!!

Forcément peut de temps après Maeve tombe en panne, c’était prévisible. Elle trouve un emploi, paye sa facture et reprend la route. Mais elle tombe de nouveau en panne, et c’est à ce moment là que le livre prend un nouvelle tournure, Maeve fait de nouvelles rencontres et se révèle petit à petit. J’ai enfin découvert une Maeve attachante, pas si insouciante que ça et surtout qui donne envie de découvrir la suite de son histoire. Après avoir vu une fuite dans son départ, j’y ai vu une véritable reconstruction.

Ces personnages petit à petit attachants et avec chacun un brin de folie fait de ce roman une lecture légère qui donne envie d’évasion. Ils en font un roman gai qui ne donne plus envie de lâcher notre lecture.

EN BREF

Une touche d’optimisme qui prouve que la reconstruction est possible, que l’amour et l’amitié existent et que la confiance en soi et en les autres n’est pas une utopie.

 

★ ★ ★ ☆ ☆

LECTURE AGRÉABLE

 » La clé, c’est de savoir ce que tu veux au fond de toi. Plus on désire quelque chose, plus l’entraînement délibéré est facile à supporter. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s