Les quatre filles du Révérend Latimer

16230070_728590453969248_8414960656607870976_n1

SYNOPSIS

Australie, 1925. Les sœurs Latimer, 18 et 19 ans, sont réputées dans toute la région pour leur beauté, leur esprit et leur… ambition. Edda et Grace, les aînées, sœurs jumelles, sont issues de la première union du révérend Latimer ; Heather et Kitty, également jumelles, sont les filles de l’ex-gouvernante du presbytère, qui a épousé le pasteur en secondes noces.

Fuyant l’austérité du foyer, elles décident de se former toutes quatre au métier d’infirmière dans l’hôpital de leur ville natale, en Nouvelle-Galles du Sud. Là, elles pourront aussi laisser libre cours à leurs aspirations – la recherche de l’amour et de l’indépendance. Quel que soit le chemin qu’empruntera chacune, elles le savent, elles resteront à jamais unies. Mais la Grande Dépression n’est pas loin, qui pourrait balayer bien des rêves…

MON AVIS

Quatre sœurs, Edda, Grace, Heather, Kitty, quatre destins, une famille, un pays.

Après avoir lu et adoré Les Oiseaux se cachent pour mourir, je me suis lancée dans la lecture de ce roman de Colleen McCullough. Mais qu’elle déception, je m’attendais à un autre grand roman australien et je suis tombée sur un roman long basé sur l’émancipation de quatre jeunes sœurs pas forcément attachantes, malléables en fonction des personnes rencontrées, dans les années 20 à 30 en Australie.

Une première partie du livre est consacrée à la formation d’infirmière que vont recevoir les quatre sœurs dans l’hôpital de leur secteur. Nous allons suivre leurs combats contre les préjugés, leurs déterminations, le soutien qu’elles s’apportent toutes les quatre.

Dans une seconde partie et jusqu’à la fin du roman, nous suivons les histoires de Femmes de ces quatre sœurs, leurs émancipations, leurs vies sentimentales, les rencontres avec leurs différentes époux.

Ce roman est basé sur les relations qu’entretiennent ces quatre sœurs et notamment la question des liens qui unissent les sœurs jumelles, les différences et leurs ressemblances. J’ai trouvé les caractères des sœurs changeants et pas toujours justifiés. Leurs rencontres avec leurs maris ont été pour moi trop rapide, les demandes en mariages ont été précipité à mon sens, pas de descriptions des sentiments amoureux, ce qui a été pour moi un réel manque.

J’ai trouvé ce roman instructif quant à la crise économique qu’a connu le monde dans les années 30. Même si les détails ne sont pas toujours présents, le fond est là.

EN BREF

Ce roman comporte certaines longueurs mais l’histoire des quatre sœurs,  les relations qu’elles parviennent à conserver et leurs émancipations tiennent le lecteur en haleine et donne envie de connaître leurs différents avenirs.

★ ★ ☆ ☆ ☆

LECTURE AGRÉABLE

 » Lorsque je me juche sur le dos d’un cheval, je me trouve, au bas mot, à un mètre et demi du sol. Voilà en quoi réside pour moi tout le plaisir de l’équitation. A être plus grande qu’un homme. « 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s